Thomas Boutoux, Fernando Tropa – La Moustache Cachée dans la Barbe

15.00

Thomas Boutoux, Francisco Tropa – La Moustache Cachée dans la Barbe

Paraguay Press, 2018
Graphic Design: Atelier Pedro Falcão
Published with the support of Galerie Jocelyn Wolff
Texts in English and French
96 pages, 22 x 28,5 cm
300 copies
ISBN: 978-2-918252-53-5

Only 2 left in stock

The Mustache Hidden in the Beard is the first and last issue of a magazine where one can find texts about how coffee-making techniques improved in the 19th century, as well as an interview with Clifford Geertz about Margaret Mead’s Trance and Dance in Bali (1952), or literary critiques of unknown books, and even some amused considerations on French vernacular use of language. This publication masks itself as the sort of magazine ones goes through in waiting rooms and in bars, but it is both a collection of new writing, and the fictional extension of two recent exhibitions by artist Francisco Tropa – at Galerie Jocelyn Wolff (Paris) and Le Grand Café | Centre d’art contemporain (Saint-Nazaire) where his sculptures, silkscreens, optical devices and enigmatic pieces of furniture recreated the physical and narrative space of a café.

La Moustache cachée dans la barbe est une publication conçue par l’artiste portugais Francisco Tropa en collaboration avec l’auteur Thomas Boutoux et le graphiste Pedro Falcão. Elle adopte la forme des revues que l’on feuillette dans les bars et les salles d’attente : vrai-faux magazine hebdomadaire de tendances, à l’iconographie sophistiquée, sur papier glacé, La Moustache cachée dans la barbe traite de l’actualité culturelle et scientifique, de design et des styles de vie contemporains ou encore les tendances du marché immobilier, à travers des articles incisifs, décalés, des enquêtes, des portraits, des reportages.

La publication est l’excroissance fictive des expositions récentes de Francisco Tropa à la Galerie Jocelyn Wolff (Paris), et au Grand Café | Centre d’art contemporain (Saint-Nazaire). Ses sculptures, sérigraphies, machines optiques et d’énigmatiques éléments mobiliers y reconstruisaient l’espace d’un café, dans ses dimensions physiques et comme lieu producteur de récits. Les œuvres issues de l’exposition s’intègrent à la revue dans des séquences visuelles et textuelles autonomes, qui tentent de donner l’image du monde que fabrique l’œuvre de l’artiste, un monde au sein duquel on trouverait en kiosque un magazine hebdomadaire à grand tirage, intitulé La Moustache cachée dans la barbe.

Weight 0.25 kg